Vélo et arthrose du genou : 5 choses à savoir

Posté par le Déc 26, 2017 dans Blog vélo | 0 commentaires

velo-arthrose-genou-5-choses-a-savoir-conseils

L’arthrose du genou ou gonarthrose est une maladie articulaire douloureuse, qui peut vous faire hésiter à conserver une activité physique. Le vélo, notamment, mobilise cette articulation en continu. Pourtant, vélo et arthrose du genou sont un duo compatible et même recommandé. Voici 5 choses à savoir pour remonter en selle en toute sérénité !

  1. Faire du vélo n’abîme pas les genoux

    Le vélo n’est pas reconnu pour altérer les genoux : c’est un sport de décharge. Au contraire, il permet d’entretenir la mobilité des genoux atteints d’arthrose. L’astuce pour ne pas trop mobiliser la rotule et l’écraser contre le fémur lorsque le quadriceps se contracte, c’est mouliner ! En tournant vite les jambes, la rotule est polie et lubrifiée. Ainsi, privilégiez une pratique du vélo en moulinant : 80 à 100 tours / minute dans l’idéal.

 

  1. Le vélo, oui, mais hors poussées inflammatoires

    Le vélo, et le sport plus généralement, est déconseillé seulement lors des crises d’arthrose aigües, lorsque les articulations sont très douloureuses et enflammées. Il doit être pratiqué à distance des phases de poussées inflammatoires. Il ne faut pas oublier que l’arthrose est dégénérative. De son évolution dépendra votre pratique sportive. Quoiqu’il arrive, respectez les recommandations du médecin tant pour la prise de médicaments que l’économie articulaire ou les recommandations de chaussage (semelles souples…).

 

  1. Le vélo est recommandé pour l’arthrose du genou

    Dans le cadre d’une gonarthrose, le vélo aide à protéger les articulations en conservant leur souplesse et leur mobilité. En résultera un cartilage consolidé au niveau du genou. Le vélo n’étant pas déconseillé et même recommandé, il est en revanche important d’y aller progressivement. Vos articulations pourront être sensibilisées au début : il vous faudra trouver votre rythme et bien vous étirer après chaque séance.

 

  1. L’arthrose du genou est compatible avec tous les sports non traumatiques

    Pratiquée dans de bonnes conditions de protection articulaire, l’activité sportive régulière n’accentue pas l’arthrose du genou. Cependant, les sports plus agressifs pour cette articulation sont à éviter: escrime, football, rugby, tennis, sport de combat.
    En revanche, la marche sur terrain plat, le cyclisme ou la natation par exemple sont adaptés à l’arthrose du genou. Le jogging ou la course à pied peuvent être pratiqués régulièrement sur un sol meuble et avec des chaussures de qualité pour une bonne absorption des chocs.

    La pratique d’une activité physique présente 5 avantages pour le genou :

  • Les muscles autour du genou se renforcent ;
  • La mobilité de l’articulation est entretenue ;
  • Le cartilage est lubrifié et nourri ;
  • Les risques de chute se réduisent ;
  • La qualité de vie est meilleure.

 

  1. Le suivi médical ne doit pas être négligé

L’arthrose du genou revêt de multiples formes : fémoro-tibiale ou fémoro-patellaire, elle demandera des rééducations différentes. Outre le traitement de la douleur auprès de votre médecin généraliste, il est important d’effectuer un suivi radiologique régulier, de réaliser une rééducation avec un kinésithérapeute (notamment lors de la reprise du sport). Dans certains cas, il sera aussi nécessaire de consulter un rhumatologue. Mais que fait un rhumatologue dans le cas d’arthrose du genou ? Le rhumatologue est consulté lorsque l’arthrose est grave et résistante aux traitements, lorsque des complications interviennent ou au moment d’envisager une intervention chirurgicale.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *